Lettre ouverte à Marc Fiorentino

Cher Marc,

C’est toujours avec beaucoup de plaisir que nous écoutons votre chronique chaque matin, dans l’émission de Stéphane Soumier sur BFM Business.

Elle est généralement acerbe et pertinente, et elle laisse peu de place à la contradiction tant elle est claire et de bon sens. Vos expériences sur les marchés, vous ont appris à être direct et à mettre le doigt là où ça fait mal.

Pour autant, les aléas de la radio font que parfois, il est difficile d’être concis et explicite à la fois.

Plus précisément, dans votre chronique du vendredi 20 mai sur « la Gig Economy » chez Stéphane Soumier, vous faites allusion à l’économie collaborative.

 Vous indiquez qu’il s’agit d’une économie « de petits boulots », une économie « idyllique », une économie « utopiste » et pour appuyer votre propos, vous citez Elizabeth Warren, sénatrice, et démocrate, proche de Hilary Clinton, en disant qu’elle s’est « attaquée vraiment frontalement aux Uber et autres VTC américains en les accusant d’entretenir la Gig Economy ».

Vous dites qu’Elizabeth Warren  y dénonce « l’arnaque de la flexibilité, de l’indépendance, ou encore de la créativité » que la Gig Economy « est un maquillage pure et simple et un moyen d’éviter d’offrir aux employés de fait le statut d’employés » .

Tout juste convenez-vous de préciser les Etats Unis étant en « campagne électorale, les inégalités et les droits des travailleurs tiennent de plus en plus de place ». Ce qui ne vous empêche pas de poursuivre sur le fait que l’économie collaborative serait malgré tout une « économie de rêve dite de la génération baba cool, une économie de partage» et de conclure sur le fait qu’il n’est « pas sûr que le partage soit bien réel et si équitable » et qu’on « nous sur vend quand même un truc… qui est quand même un peu une petite arnaque ».

Si la radio ne laisse pas toujours le temps nécessaire à la profondeur de l’analyse, nous souhaiterions par la voie de ce billet, nuancer quelque peu vos propos:

 Elisabeth Warren ne « s’en prend » pas à l’économie collaborative mais s’appuie au contraire, sur le fait que l’Internet et les nouvelles technologies ont transformé la façon de travailler des américains, que le « changement technologique massif est un cadeau qui crée des opportunités extraordinaires » et qu’il n’est pas question d’« abandonner les innovations technologiques pour faire un retour en arrière ».

Elle reconnaît clairement que les innovations technologiques «ont amélioré nos vies dans d’innombrables façons , en réduisant les inefficacités et en faisant croître l’économie américaine ».  Elle cite l’essor de Uber et de Lyft en précisant qu’avant ces plateformes de partage et de covoiturage, l’industrie du taxi était essentiellement monopolisée.  Et si elle reconnaît qu’au-delà de la promesse d’un nouveau modèle économique, il peut y avoir un certain danger, notamment pour les travailleurs de ces plateformes, à ne pas percevoir une part plus importante du fruit de leurs efforts, c’est avant tout pour insister sur le fait que c’est à l’État, à travers des règles et des législations qu’il appartient de déterminer comment les travailleurs de ces nouvelles formes de travail pourront partager cette nouvelle richesse.

Au-delà des États-Unis le succès de Uber en France ne se dément pas. Et pour un homme qui a travaillé sur les marchés, vous comprendrez aisément que c’est le marché qui a toujours raison.

En France toujours, cumuler un emploi et une activité autonome est devenu possible grâce à la création du régime de l’auto-entrepreneur. Depuis 2009 en effet, un auto-entrepreneur peut désormais exercer une activité commerciale ou artisanale en parallèle d’une activité principale, c’est-à-dire en complément d’un autre statut (salarié, demandeur d’emploi, retraité, étudiant…).

Depuis plusieurs décennies, le modèle français s’essouffle. Nos retraités se plaignent que leurs retraites se réduisent, le CDD est toujours plus taxé, le nombre de chômeurs ne cesse de croître malgré l’imagination débordante de nos technocrates, et les travailleurs qui ont la chance d’en avoir un, s’accrochent désespérément à leur CDI, quitte à subir la plupart du temps, leur environnement de travail. Les politiques contre le chômage ne fonctionnent plus et Pôle Emploi, qui coûte près de 5 milliards d’euros par an, au contribuable est inefficace.

C’est pourquoi, le statut d’auto-entrepreneur créé en 2009, a été une véritable opportunité. Il a eu pour objectif premier de permettre à tout un chacun (étudiants, salariés du public comme du privé, retraités, chômeurs) de transformer une passion ou une compétence en entreprise. Il offre désormais un cadre juridique légal à des activités qui n’étaient auparavant pas déclarées.

Grâce à ce statut, les entreprises et les particuliers prennent conscience du fait qu’ils peuvent désormais payer du travail à la performance, en fonction d’une mission rémunérée et prédéfinie.

C’est la mission que nous nous fixons chez SOS Jober : permettre à tous d’être toujours connecté avec le monde du travail, de travailler en fonction de ses compétences tout en étant rémunéré.

Le modèle que nous proposons n’est certes pas un modèle idyllique mais il a le mérite de permettre à chacun de rencontrer des gens dans un délai très court et de se réaliser en gagnant sa vie.

Et parce que beaucoup de modèles disruptifs proviennent souvent des Etats Unis, nous espérons bien sûr cher Marc, qu’à l’instar d’Elisabeth Warren, nos gouvernants sauront faire avancer la législation et permettre aux travailleurs qui ont adopté cette nouvelle façon de travailler, d’être mieux protégés à travers une meilleure couverture sociale, pour être en mesure de prendre soin de leurs familles, acheter une maison, envoyer leurs enfants à l’école et épargner, pour leur retraite.

JAROD LE JOBER

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s